samedi 17 mai 2014

Première session du synode de l'Eglise d'Ecosse

Le lieu de l'Assemblée générale de l'Eglise d'Ecosse (c) CSG
Ce matin, nous avons vécu la séance d'ouverture de l'Assemblée générale. Une session très protocolaire (on m'avait prévenu) ! Jugez plutôt :
Quand tout le monde est entré, un "crieur" annonce l'entrée de Mme la modératrice et tout le monde se lève. Elle arrive en costume d’apparat (robe pastorale rouge avec une sorte de manteau noir lui couvant les épaules et comportant une capuche à l’intérieur doublé de rouge) s'installe, nous salue et nous fait asseoir. Trente secondes plus tard, un autre crieur annonce le représentant de la reine, et tout le monde se lève à nouveau. Le prince Edward rentre s'installer sur le siège protocolaire qui lui est réservé, en hauteur au-dessus de la table de la modérature.

Les photos sont interdites pendant les séances, mais la photo ci-contre vous donne un aperçu de la disposition des lieux... Le « principal Klerk », un peu l’équivalent d’un secrétaire général, lit la lettre adressée par la reine indiquant que le prince est son représentant et le modérateur y répond en accueillant celui-ci.
Ensuite, Mme la modératrice demande à l'assemblée d'élire le nouveau modérateur par acclamation. Deux des membres du conseil vont le chercher. S'ensuit un discours de l’ancienne modératrice au nouveau modérateur, ponctué d’humour et dénotant une visible complicité entre eux remontant à leurs études de théologie. Et un discours en retour du nouveau modérateur, pour remercier en public la modératrice de son travail et de l'empreinte qu'elle laisse sur l'Eglise d'Ecosse. Puis lettre et discours s’échangent à nouveau, la reine affirmant qu’elle reconnaît le nouveau modérateur mais pourrait le démettre de ses fonctions dans l’année… C’est du protocole, une affirmation symbolique de pouvoir, mais quand on n’est pas habitué à la monarchie, ça fait toujours bizarre…

Un des bâtonniers (c) CSG
Pour finir, le prince a fait un discours, que j’ai trouvé diplomatiquement assez fin, où il a commencé par valorisé « ce qui nous unit », sous-entendu entre anglicans (dont la reine est la tête officielle de l’Eglise) et presbytériens, mais aussi entre anglais (ou sujets du Royaume-Uni) et écossais, puis sur l’importance d’affirmer les valeurs chrétiennes dans cette société, en particulier les valeurs de solidarité, de vivre-ensemble, d’attention au plus petit et de confiance, pour finir par évoquer la perspective du référendum de septembre sur l’indépendance de l’Ecosse…

En arrivant, nous avions reçu un certain nombre de documents. Dont un livre de 450 pages : la somme des rapports reliée... également parmi les documents, la présentation de l'application créée spécialement pour l'AG, qui permet de consulter tous les documents en ligne directement sur son smartphone ou sa tablette... On n'arrête pas de progrès !

Claire Sixt Gateuille

Aucun commentaire:

Publier un commentaire